couvmokalecolierassassinplat1_0

 



"Difficile, quand on a toujours habité à Paris, de se retrouver au beau milieu de la campagne, dans un village perdu du Berry, dans une nouvelle maison, avec une nouvelle école, un nouveau bus pour aller à l'école, et de nouvelles têtes à apprivoiser. C'est pourtant ce qui arrive à Norma et à Pablo qui ont bien été obligés de suivre leur mère jusque dans ce pays. Un pays bizarre, plein de croyances, de maléfices et d'enchantements. Un pays qui compte, parmi ses habitants, une petite fille muette et têtue, une épicière superstitieuse, et, d'après les gens du coin, une sorcière. Une sorcière? Et pourquoi pas deux tant qu'on y est... Justement, pourquoi pas?"

 



 

J'ai adoré ce court roman jeunesse ! Je l'ai savouré comme un bonbon, il m'a complètement envoûtée. La plume est sublime, mais rien de surprenant, les classiques des éditions l'Ecole des loisirs m'ont rarement déçue, et Moka est l'une de leurs auteurs incontournables. Les personnages sont terriblement attachants, l'ambiance est prenante, mystérieuse et assez fascinante. Le roman est très court, mais l'immersion est immédiate, donc cela ne pose aucun problème. Les thèmes abordés sont importants, et bien que destiné aux enfants, le roman ne manque pas de franchise, il ne cherche pas à édulcorer. Un sans faute pour cette petite perle ! J'aurai voulu qu'il y en ai plus, juste pour pouvoir y rester plongée plus longtemps.


Dans l'écolier assassin, on nous parle de la vie dans la campagne profonde, là où tout le monde se connait, où l'on raconte des ragots sur ses voisins, où les superstitions sont encore profondéments ancrées dans le quotidien, et où les nouveaux arrivants ont souvent du mal à se faire une place... C'est là que la petite famille va s'installer. On les rejoint juste après leur déménagement, et on les accompagne dans leur découverte de cette nouvelle vie, les nouvelles rencontres (bonnes ou mauvaises), l'exploration de ce nouvelle environnement, les mystères et les histoires du passé qui hantent toujours ce genre de communauté. Très rapidement, une comptine étrange, des rumeurs de sorcellerie et le souvenir très présent d'un meurtre vont piquer la curiosité de la petite famille et les forcer à rentrer dans cet univers baigné de magie, de sorts jetés, de possession.



Le folklore évoqué dans le roman m'a énormément plu. Depuis l'enfance, je suis fascinée par les contes et légendes, les histoires de sorcellerie et de pouvoirs liés à la nature, tout cet univers à la frontière entre réel et magie. 
Ici l'auteure nous plonge dans le folklore berrichon, nous entoure de personnages qui y croient dur comme fer, et nous laisse nous faire notre propre avis. On découvre le "Georgeon" (le Diable) qui vous "embougonne" (envoûte), les "panseuses de secret" qui soignent du mauvais oeil, "l'herbe d'engaire" qui fait oublier le chemin aux promeneurs, ainsi que pleins de légendes autour des sorts, contre-sorts, et pouvoirs de toute sorte. 
L'ambiance très mystérieuse, le rapport très présent à la nature, et le fait que ces éléments magiques soient mêlés à des faits réels, tout cela crée une atmosphère où la limite entre réalité et croyance devient floue, pour nos petits héros mais aussi pour le lecteur.


Le personnage de Norma est absolument génial ! Cette petite de 7 ans a un sacré caractère, une passion pour le vocabulaire fleuri (attention aux gros mots !) et elle est loin d'avoir sa langue dans sa poche ! Une vraie petite "bourrique" (dixit Norma elle-même). Elle amène beaucoup d'humour dans l'histoire, de légèreté dû à son caractère.
Son frère Pablo m'a beaucoup plu aussi, cet enfant de 10 ans veut montrer à tout prix qu'il peut agir comme un grand, il veille sur sa petite soeur, mais face à toutes ces légendes il ne sait pas comment réagir, sa part d'enfant est encore très présente et il est tenté d'y croire.
Les adultes dans cette histoire ne sont que secondaires, ils ne seront d'ailleurs pour rien dans la résolution de l'aventure. Ici, les enfants sont au centre de l'histoire, mais ce sont de vrais enfants, pas des super héros. Ils sont vrais, crédibles, et c'est ce qui donne sa force au récit.


Dans ce roman, on aborde également le thème de l'exclusion, car l'une des enfants est ostracisée et évitée par tous au village. Elle n'a pourtant rien fait, mais elle est jugée bizarre car elle ne parle pas, et qu'il y a eu un terrible drame dans sa famille, donc tout le monde considère que sa famille est maudite...
On parle également de la manipulation que peut faire subir quelqu'un au sein d'un village où une grande partie de la population croit aux superstitions, de la façon dont la croyance et la peur facilitent l'emprise sur une personne.


Bref, un coup de coeur pour ce roman mystérieux et fascinant, dont on ressort un peu envoûté !



Pour ceux que ça intéresse, je vous mets ici un extrait de la chanson médiévale
L'écolier assassin, dont est tiré le titre du livre :



"D'où reviens-tu mon fils Jacques ?
D'où reviens-tu cette nuit ?
je viens des écoles ma mère,
Des écoles de Paris.

J'entends la chanson sereine
Du rossignolet joli.

Tu as menti là, mon drôle.
Tu reviens de voir ta mie
Je voudrais la voir morte.
Et avoir son coeur ici.

J'entends la chanson sereine
Du rossignolet joli.

Que donneriez-vous ma mère
Si je la faisais mourir ?
Je donnerais chemise blanche
De l'argent à ton plaisir."

Bonne ambiance, non ?