Ce livre m'a été envoyé dans le cadre d'un partenariat avec l'auteur, les éditions Persée et le site Livraddict, je tiens à les remercier de leur confiance.

 

couv11953918

 

"Conséquence de tempêtes solaires, l’énergie de la planète disparaît soudainement et totalement, propulsant les êtres humains deux cents ans en arrière. Le dérèglement climatique qui fait suite obligera l’être humain à changer son comportement actuel. Que feriez-vous si, du jour au lendemain, vous vous retrouviez dans le noir total, chaque nuit ? Que feriez-vous si, du jour au lendemain, vous étiez privé de tout votre confort, même le plus minime ? Jack, Steve, Joshua, Jiao, Laura et Thibaut vont le vivre pour vous. Confrontés à plusieurs catastrophes naturelles de dimension mondiale, comment vont-ils évoluer, mais surtout survivre ? Est-ce l’apocalypse ? Peut-on qualifier ainsi la disparition de notre technologie et des sources d’énergie que nous connaissons de nos jours ? Et si ce jour était demain ?"

 


Il m'est difficile de chroniquer ce livre, car malgré les efforts que j'ai fait pour rendre justice au travail de l'auteur, j'ai fini par l'abandonner au bout de  100 pages tellement la lecture m'en a été penible... Aussi bien sur le fond que sur la forme, je l'ai trouvé simplement mauvais.


Le synopsis me semblait intéressant, et en effet le problème des tempêtes solaires, exposé au tout début du livre, proposait des possibilités de développement qui auraient pu me plaire, mais le thème est mal exploité dans cet ouvrage.
Le style de l'auteur est plat, on y trouve beaucoup de lourdeur, de clichés, de redondances, de mauvaises tournures de phrases. J'ai aussi relevé pas mal d'inexactitudes en ce qui concerne les différentes cultures mentionnées dans l'histoire. L'auteur alterne dans les passages de récit un langage châtié puis familier sans aucune raison, et personnellement je n'ai pas envie, dans un récit qui se veut sérieux, de tomber sur les mots "piquette", "valdinguer", ou "zonzon" (pour prison...), et encore moins des expressions telles que "les viscères traînent sur les fougères" ou "[il] a un réveil d'ours, plutôt Grizzly que Winnie l'ourson". L'ensemble, niveau style, est donc très loin d'être fluide et agréable à lire.


On suit au moins une dizaine de personnages différents, et chaque fois cela ne dure qu'une ou deux pages, il est donc difficile de les identifier et de s'y attacher, la plupart du temps j'ai dû revenir en arrière pour retrouver le chapitre précédent lié à ce personnage, et tenter de me souvenir du fil de son histoire. L'action n'est pas captivante, probablement parce qu'on n'a le temps de créer de lien avec aucun des personnages. Tous les personnages m'ont paru être des clichés, que ce soit les jeunes courtiers en bourse millionnaires qui passent leur temps à organiser des orgies dans leur loft de 300 m2, ou encore les ados des favelas qui forment un gang et mitraillent volontiers leurs "ennemis" en pleine ville.
Les passages de récit sont entrecoupés de paragraphes théoriques parlant des catastrophes potentiellement liées à ce genre de situation "apocalystique", et ça aurait pu être intéressant mais j'ai trouvé que le placement de ces explications en plein milieu d'un chapitre manquait encore une fois de fluidité et de cohérence.

 

Même si le texte ne m'a vraiment pas plu en terme de style, le pire a clairement été le nombre incalculable de fautes présentes dans le texte. Au bout de quelques pages je ne voyais plus que ça et ça m'énervait tellement que j'ai dû lutter pour me concentrer sur l'histoire. Je ne parle pas de quelques coquilles oubliées, mais de tout le texte qui serait à remanier.
Que ce soit des fautes d'orthographe, de conjugaison, d'accord des temps, des retours à la ligne sauvages en plein milieu d'une phrase, ou la ponctuation très aléatoire (notamment les virgules placées n'importe où qui changent parfois le sens de la phrase, nécessitant de la relire plusieurs fois), il n'y a pas une page sans faute. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais visiblement ce texte n'a jamais été relu, et l'éditeur n'a pas fait son travail.

 

Bref, une lecture pénible au point d'être abandonnée, à mon grand déplaisir, et que je ne vous conseille évidemment pas. Du moins, tant que le texte n'aura pas été retravaillé et réédité proprement.